La tempête des 19-22 juin 1944

130


(voir détails) Le port le 18 juin, avant la  tempête


liste des navires jetés à la côte entre les 19 et 22 juin


(voir détails) Le port Mulberry A et Gooseberry 2 le 22 juin, après la tempête


(voir détails) Plans du port le 5 août, après renforcement du Gooseberry et abandon du Mulberry

Du 19 au 22 juin une coup de vent de Nord-Est, force 6 (rafales à 7 et 8), a mis à l'épreuve les installations Mulberry et Gooseberry. De plus une grande marée avait relevé les niveaux d'eau à pleine mer, et les vagues ont pu facilement submerger les ponts des navires sabordés et remplir les Phoenix qui n'étaient pas conçus pour tenir dans ces conditions lorsque le niveau de la mer redescendait.
Le vent de NE a commençé à s'installer le 18 juin, s'établissant à 25 noeuds. Il a forcé à 30 noeuds les 19 et 20 juin, puis 35 noeuds le 21 juin, avant de faiblir le 22 juin.
Ces forces de n'ont rien d'exceptionnel à Vierville sur mer. Ces petits coups de vents sont fréquents, même en juin, on les constate tous les ans, ils durenr quelques jours, plus rarement plusieurs semaines.

Les résultats furent dramatiques pour le port artificiel Mulberry. 
Le vent très fort accompagnait une grande marée et le niveau de la mer a presque atteint les superstructures des pontons Phoenix de la digue du large, coulés par des fonds un peu trop forts et sableux, ce qui les a fait s'enfoncer plus facilement. Le Phoenix n'étaient pas pontés et les vagues ont pu les remplir facilement à la pleine mer. Quelques heures après, à basse mer, il ne se sont pas vidés assez vite et les parois ont éclatées, provoquant l'effondrement de la plupart de ceux de la digue du large.

Les brise-lames flottants, manifestement non calculés pour la force de la mer ces jours là, ont cassé rapidement leurs amarrages. Les amarrages auraient aussi été simplifiés pour aller plus vite (1 ancre au lieu de 2 à chaque extrémité??). Les Bombardons se sont alors transformès en béliers flottants précipités par le vent sur la ligne des 24 pontons Phoenix fragilisés. 7 à  8 Phoenix de la digue du large ont subsisté.

La mer a pu alors attaquer directement les docks auto-élévateurs Lobnitz et les passerelles flottantes qui subirent des dégâts irréparables. Les colonnes de plusieurs Lobnitz implantés se cassèrent et beaucoup de passerelles furent coulées ou déformées.

La plupart des LCT mouillés dans la rade qui n'était plus protégée, chassèrent sur leurs ancres et furent jetés à la côte et contre les passerelles flottantes. La liste des navires échoués à la suite du coup de vent est impressionnante.

Du côté de la digue Gooseberry, constituée de 14 blockships coulés, les dégâts étaient moins spectaculaires, mais comme la ligne n'était pas doublée, la mer s'est engouffrée entre les poupes et les proues des navires alignés, creusant des souilles dans le sable. Les quilles des cargos n'ont pas résisté et elles se sont brisées, affaiblissant les navires qui se sont aussi enfoncés dans le sable beaucoup plus que prévu.

Après la tempête, les efforts de renflouement ont permis de récupérer la plupart des navires échoués, mais le port Mulberry avec ses quais et ses passerelles a été abandonné. Les équipements sauvés et ceux non mis en place ont été envoyés à Arromanches pour y renforcer le Mulberry B qui, installé sur des fonds rocheux, et un peu protégé par les rochers du Calvados, avait mieux tenu.

La ligne des 14 blockships du Gooseberry de St-Laurent a alors été renforcée par doublement avec 10 autres blockships (dont plusieurs Liberty Ships sacrifiés) et 21 nouveaux pontons Phoenix.

L'exploitation du port a été poursuivie sans désemparer, en utilisant les plages et les causeways pour décharger les navires avec des navettes de Rhinoferry, de canards, de LCM et de LCT, les petites unités s'abritant en cas de vent derrière la digue renforcée. Il y a d'ailleurs eu peu de vent cet été.

L'expérience a finalement démontré l'efficacité de ces procédés et, profitant du beau temps, le trafic d'Omaha Beach a atteint et dépassé le trafic d'Arromanches, sans pourtant disposer de quais et jetée flottantes.


(détails)
A gauche le West Pier, devant le Centre Pier, à droite le East Pier et de nombreux LCT appuyés contre les passerelles

Les 10 blockships supplémentaires et les 21 nouveaux Phoenix installés après le 22 juin :

Maycrest placé le 1er août
Illinoian placé le 28 juillet
Exford placé le 26 juillet (ou août ??), renfloué en 1951 et perdu par échouage sur les Phoenix le 1/12/51
West Nilus placé le 16 juillet
Stanwell placé le 16 juillet, renfloué en 1946 ??(il est sur la photo d'août 47), démoli en 47?
Lena Luckenbach placé le 4 août
Robin Gray placé le 18 août
Kofresi placé le 14 juillet
Alcoa Leader placé le 13 juillet (ou août??)
Kentucklan placé le 12 juillet (ou août??)
Sahale?? incertain, aurait été placé le 24 juillet ou août, mais où?

 


(détails) Le port Mulberry démantelé après la tempête


(détails)
Le Gooseberry le 22 juin

(détails)


Vue prise vers le 22 juin, alors que le vent commence à faiblir (détails)


(détails) les LCT appuyés contre les passerelles Est et Centre

(détails)  


Le port Mulberry démantelé après la tempête (détails)

 


1 - Nombreux Landing Craft échoués, on remarque les ruines de la villa sur le mont Olive


6 - le long de la passerelle Centre, un quai Lobnitz ayant perdu ses colonnes


Les Phoenix démantelés de la digue du large (certains émergent encore lors des grandes marées basses, mais tous sont toujours au fond sous formes d'amoncellements de débris de béton armé, épaves dangereuses)




Les passerelles Ouest et Centre

 

 

 

 

 

 

Ci-dessous les extraits d'un film pris depuis un petit avion survolant les passerelles détruites après la tempête (vers le 23 juin):


2 - Au milieu d'un amoncellement de LCT, l'amorce des passerelles Est et Centre. La passerelle Est ne comprenait que quelques éléments.


5 - Les passerelles Centre et Ouest


8 - Quais auto-élévateurs Lobnitz au bout de la passerelle Ouest (2) et de la passerelle Centre (1)




(détails)


3 - La passerelle Centre


4 - Les 3 passerelles Ouest, Centre et Est


7 - La passerelle Ouest, la passerelle Centre est coulée, on la distingue à peine, un Lobnitz signale son extrémité à gauche en haut de la photo.


La passerelle Ouest, moins endommagée, prend racine au pied de la descente de Vierville.
 
 
 

 

Retour Accueil