Le port artificiel d'Omaha Beach

 


100


(détails) Le projet du port d'Omaha Beach, tel que dessiné le 13 mai 44

(détails)


(voir détails) Croquis du port le 18 juin, dans son état d'avancement avant la tempête des 19-21 juin


(détails)
vue d'ensemble le 17 juin, les brise-lames "Bombardons" sont bien marqués par la mer qui s'y brise.

(détails) ensemble au mois d'août  44, en pleine activité après la tempête


(voir détails)
Les ports Mulberry A et Gooseberry 2 après la tempêt, le 23 juin


Plans du port le 5 août, après renforcement du Gooseberry et abandon du Mulberry


Les épaves du débarquement au large d'Omaha Beach, établi par Caen-Plongée ("Itinéraires par le fond")


Composition détaillée du 11ème Port

 


Pour assurer l'arrivée des renforts et des approvisionnements sur Omaha Beach au cours des mois suivants le 6 juin 44 et jusqu'à la mise en service de vrais ports comme Cherbourg ou le Havre, les Alliés avaient prévu de construire des ports artificiels sur leurs plages de débarquement.

Conçus pour servir en été seulement, ils avaient 2 formes:

Les "Gooseberry" étaient des simples digues de vieux navires sacrifiés et coulés: les blockships, surnommés "Corncobs". La digue de Omaha Beach s'appelait le "Gooseberry 2". Il y avait de même à Utah Beach un "Gooseberry 1" et sur les plages Britanniques les "Gooseberry 3, 4 et 5". Ces digues servaient d'abri pour des petits bâtiments. Elles devaient être installées entre les 7 et 10 juin 44. Elles étaient complétées par des chaussées de caissons métalliques (les "Causeways" constitués de NLP, Navy Ligntered Pontoons), échoués sur la plage à marée basse et flottants à marée haute.

Mais 2 ports beaucoup plus élaborés devaient être installés avec une grande rade protégée par des digues de caissons fixes (les "Phoenix") et des brise-lames flottants (les "Bombardons"). Un système complexe de quais flottants (les "Lobnitz") et de passerelles flottantes (les "Whale") les reliaient à la côte. 

Ces ports artificiels étaient nommés les "Mulberry", le "Mulberry A" à Omaha Beach et le "Mulberry B" à Arromanches. Ils devaient être installés entre les 8 et 20 juin 44.

Les premiers éléments du port d'Omaha Beach sont arrivés dès le 7 juin et leur mise en place à commencé aussitôt, sous la direction de la CTF Task Force 128 du Captain Clark et de son adjoint le Captain Stanford, qui disposaient de bataillons du Génie de la Navy les "CB" ou "Seabees" (c'est à dire les Abeilles de Mer) - notamment les 108th et 1006th CB-.

L'exploitation du port était assurée par d'autres bataillons de Seabees, équipés Landing Craft (LCT, LCM, LCVP), de Landing Barges (LBV), et de 20 pontons automoteurs "Rhinoferry" (du 111st CB). Tous ces engins étaient capables de décharger les cargos et les LST (navires à portes ouvrantes) mouillés au large. Les marchandises et véhicules étaient alors déchargés soit sur la plage soit sur les "Causeways".

Les petits caboteurs et les LST pouvaient aussi être accostés directement aux quais flottants Lobnitz, ou échoués sur la plage.

Dès le 8 juin, à la suite de l'avance Américaine vers l'intérieur, et du travail du génie, la situation sur la plage s'était beaucoup améliorée.

D'une part les batteries ennemies ne tiraient plus sur la zone de débarquement et d'autre part les 2 Brigades Spéciales du Génie avaient travaillé efficacement. La plage était presque entièrement débarrassée des mines et des débris, la route latérale à la plage était aménagée pour une circulation à double sens. Beaucoup de pistes d'accès avaient été construites à travers le talus de galets ou la digue jusqu'à la route latérale pour faciliter le trafic sur la plage.

Côté terrestre, les opérations relevaient des  5ème et 6ème Brigades Spéciales du Génie (ESB) et le 11ème Port (cette dernière unité relevait du Transportation Corps et non du Génie), regroupées sous l'autorité du Groupement Provisoire des Brigades Spéciales du Génie (PESBG) (Général Hoge). Ces unités étaient chargées des déchargement avec leurs compagnies de Port (des dockers) et leurs compagnies de transports amphibies (les camions amphibies DUKW ou "ducks" - les "canards").

- La 5ème ESB (Colonel Gullatt) était chargée de la moitié Est (du Ruquet à Colleville). 

- La 6ème ESB (Colonel Mulligan, après l'évacuation du Colonel Thompson évacué grièvement blessé le 6 juin) se chargeait de la moitié Ouest (de Vierville au Ruquet). 

-Le 11ème Port (Colonel Whitcomb, PC au château de Vierville) se chargeait du port artificiel Mulberry dès sa mise en service prévue le 18 juin (et aussi des ports dits "secondaires" d'Isigny et Grandcamp). Par la suite, les quais et passerelles flottants du Mulberry ayant été détruit le 21 juin, le 11ème Port a poursuivi, comme les ESB, les opérations devant Vierville sur les plages Charlie et Dog Green.  A partir de la fin de juillet, le 11ème Port a été retiré du d'Omaha Beach et réaffecté à d'autres tâches dans le cadre de l'extension du front de Normandie vers Cherbourg et la Bretagne.

A la fin de juin, le Groupement Provisoire a été dissous et remplacé par le "Omaha Beach Command" qui a exploité, avec les 2 Brigades Spéciales du Génie, la tête de pont d'Omaha Beach jusquà sa disparition en décembre 1944, .

 


Organigramme de commandement des opérations Mulberry et Gooseberry


(détails) partie Ouest, levé du 5 août
Plans détaillés du port réaménagé après la tempête, avec les noms de chacun des navires blockships coulés, et les emplacements des pontons Phoenix subsistants et de ceux qui ont été démantelés

(détail) partie Est, levé du 5 août

 


(détails)
Le Gooseberry le 22 juin, à la fin de la tempête

(détails)


(détails)


Les tonnages débarqués les 20 premiers jours à Omaha Beach, répartion entre les 2 Brigades du Génie et le 11ème Port.


voir détails

Le tableau ci-contre donne les tonnages débarqués chaque jour jusqu'au 26 juin, réparti entre les 2 Brigades et le 11ème Port. Il montre la chute de trafic pendant les 4 jours de la tempête (19 au 22 juin) qui a irrémédiablement détruit le port Mulberry. L'abri Gooseberry a alors été renforcé et les déchargements se sont poursuivis à bonne cadence, en utilisant les moyens amphibies classiques (LCT, DUKW, Rhinoferry, échouages direct des LST sur la plage, etc.) et en profitant d'une météo en moyenne satisfaisante.

La remontée du trafic à des chiffres bien supérieurs aux capacités théoriques attendues a finalement confirmé qu'il n'était pas nécessaire d'avoir des quais flottants, des passerelles compliquées et une grande rade abritée pour débarquer en été des quantités colossales de troupes, de véhicules et d'approvisionnements divers, mais des conditions météo restaient essentielles quelque soit les installations mises en place.

 

Les tableaux ci-joint donnent les statistiques de trafic du port d'Omaha Beach de juin à décembre 1944

 

Vue aérienne en juillet 44 (détails)

Vue aérienne le 1er Juillet
(détails)

La photo ci-contre de la zone d'Omaha Beach a été prise en Août 1944 par un avion à réaction Allemand de reconnaissance type Arado 234. Volant à 800 Km/h et à 20000m d'altitude , il était absolument invulnérable et même invisible à l'oeil nu.  La photo est renseignée avec beaucoup de précision par les services Allemands qui savaient bien reconnaître les navires utilisés par les alliés.

(détails)
Arado 234, de profil

(détails) Arado 234, de face

Voir les souvenirs de Michel Hardelay au sujet de la plage et du Port

Retour Accueil