Le château de Vierville

886

 
Voici 4 photos du château de Vierville avant la guerre. Vous pouvez y remarquer ce qui a disparu depuis, notamment:
- la flèche de pierre d'une tourelle très originale datant du Moyen-Age
- la grille d'entrée
- la lucarne de droite en façade




(détails)
vers 1920




(détails)Vers 1920, la tourelle dite de l'abbé Edgwoerth, confesseur de Louis XVI, qui s'y serait caché en 1796.

(détails)vers 1905


(détails)
Pendant l'occupation allemande, le château n'a été réquisitionné complètement qu'au début de mars 1944 pour loger les hommes de l'organisation Todt qui devaient renforçer les défenses de la côte (le 29 janvier 1944, Maréchal Rommel avait inspecté la future Omaha Beach, et s'était semble-t-il déclaré fort mécontent de l'état d'avancement des fortifications, d'où l'appel à Todt). Les propriétaires ont eu 3 jours pour déménager tout le mobilier avec l'aide de toute la population du village.
.

Après l'arrivée des Américains, le château a été occupé, du 9 juin au 26 juillet 1944, par le PC du 11ème Port (une unité du "Transportation Corps" de l'armée US). Cette unité était chargée de l'exploitation du port artificiel Mulberry de Vierville. Celui-ci devait décharger les cargos dans le port artificiel Mulberry. Après la tempête du 19-21 juin 44, et la destruction du port artificiel, le 11ème port a aidé les Brigades Spéciales du Génie dans l'exploitation des plages devant Vierville. Il était aussi chargé des opérations dans les ports de Grandcamp et Isigny. Le 11ème Port est resté en activité jusqu'à fin juillet 44, date à laquelle il a été retiré d'Omah Beach.



Le Colonel Whitcomb commandait le 11ème Port. Voici les souvenirs de Michel Hardelay à son sujet:

        "Au début de la semaine suivante je fis, à l'occasion de quelque paperasse de la mairie dont je n'ai pas le souvenir, connaissance du colonel Witcomb qui dirigeait les services du 11th Port au château de Vierville. C'était un homme charmant, parlant le français à la perfection, et qui me prit en amitié.

A gauche, la composition du 11ème port: des unités de transports, de camions amphibies DUKW, et de dockers.

A droite : autorisation donnée à Michel Hardelay pour entrer dans le PC du 11èmePort au château de Vierville

 

Comme c'était la pause de midi (probablement vers le 16 juin) il me proposa de descendre avec lui admirer "son port".   A la hauteur de ce qui avait été l'hôtel du Casino et où se trouve maintenant le monument de la 29th DI US un MP arrêta le colonel et lui fit respectueusement observer que l'accès au port était interdit aux civils. Nous restâmes donc sur place, mais on en voyait déjà une grande partie de notre point d'observation : les pontons "Phoenix" étaient en place et ceinturaient le port à l'Ouest, les jetée flottantes se montaient et, fait tout à fait curieux, se situaient exactement sur l'ancien port de Vierville (celui du 16ème siècle) dont on peut voir encore aujourd'hui le tracé.......

      ..........Je devais revoir le colonel deux jours après (probablement le 18 juin) c'est-à-dire la veille de la tempête; il était rayonnant et m'accueillit en me disant "Hier nous avons dépassé le tonnage moyen du port de New-York"
      
Le surlendemain c'était la désolation : la plupart des gros pontons coulés, la digue flottante tordue comme un tire-bouchon et les petites barges et embarcations drossées contre elle.

Tout était à refaire, ils le refirent...."



Organisation d'un bataillon médical
Ci-dessous, la jeep de la Clearing Cy, reconstittuée avec les marquages du 60th Med Bn (J. Stevens)
Après le départ du 11ème Port, le château a hébergé un hôpital Américain, le 60th Medical Bon, qui dépendait de la 6ème Brigade Spéciale du Génie, jusqu'à son départ en décembre 1944.

Le 60ème Bataillon Médical comprenait la 634ème "Clearing Co" (tri des blessés et malades), et 3 "Collecting Co" (recherche et transport des blessés jusqu'à la "Clearing Co"): les 499ème et 500ème Collecting Companies stationées au château et la 453ème stationnée à Granville.

Ci-dessous des images de la pelouse arrière du château, un dimanche de septembre 44. Ce jour-là, une messe est dite au milieu des tentes Américaines de l'hôpital.
C'est de cette époque, fin septembre, que datent les photographies suivantes de Georges Chedal-Anglay.


Des photos du château, en septembre 44, le château est occupé par l'hôpital (photos de Georges Chedal-Anglay)



(Détails)
L'entrée de l'hôpital, avec un sas extérieur, par la petite porte de l'ancienne salle de billard du château.


Un graffiti laissé par les GI dans la cuisine:
(photo 1999)
"There was a cook name Chem
He looked like a bending stem
When the work wasent done he'd sing
But to us it didnt mean a thing"


(détails) Ruines de la grille d'entrée


(Détails)Messe sur la pelouse arrière en septembre 44. Les participants sont les GI blessés ou "medics" de l'hôpital.

(Détails)


La tourelle de l'Abbé en sept. 44


Vierville vu d'avion après la tempête, on reconnait le château et son parc, juillet 44


(détails) Le bois du château en septembre 1944, occupé par des tentes américaines que l'on aperçoit.

(détails)


La tour de l'Abbé en 1945





Des photos prises en hiver 1944/45, après le départ des américains (photos Jean Cordelle)


la tourelle d'angle endommagée probablement par un obus de 127mm du "Texas" vers 6h00 le matin du 6 juin. L'obus a traversé la toiture.

 

 

 


Le château vu du clocher ruiné


Le champ au nord du château transformé en route et terre-plein


(détails) Le mur d'enceinte Est et la route tracée par le Génie US dans le champ du Bricsart

 

 

 


La tourelle de l'abbé en Hiver 45


(détails)
La pelouse arrière et le bois en sept.44

La pelouse arrière

Dommages au château de Vierville

document établi en septembre 44 pour l’information des Hausermann à Buenos-Aires
Liste de dommages à la propriété du château de Vierville

 

  • TOUR DE L’ABBE.‑  Elle a reçu un obus. Elle est rasée de tout son toit pointu jusqu’au niveau du plafond du premier étage
  • CHATEAU.‑Il a reçu 3 obus de petit calibre. L'un d'eux a traversé la tourelle à la hauteur du plafond du 2ème ètage.
     Le pignon tient encore mais la charpente a été déplacée et devra être refaite. Cela peut attendre, car nous avons constaté que la pluie qui pénètre ne mouille pas l’étage en dessous. Un autre obus est entré par une fenêtre de la salle de billard, abîmant la cheminée, les boiseries, les azulejos, un petiot coin du plafond, et faisant un trou dans la mosaïque.
    Un 3ème obus a fracassé la mansarde du 2ème étage au dessus de la cuisine. La fenêtre n'existe plus, il y a un trou dans le plancher du couloir et les voliges de la charpente ont souffert. Pour le reste du toit la charpente est intacte, mais un grand nombre d'ardoises ont été déplacées, ce qui en faisait une sorte d'écumoire. Après bien des difficultés, la couverture vient d’être réparée, et le château est maintenant complètement hors d'eau, sauf la tourelle. Tout compte fait, le gros oeuvre n'a que des dégâts assez minimes
    Dégâts intérieurs. Il manque 8 ou 9 fenêtres, toutes les autres ferment mal, crémones arrachées, gonds déscellés, embrasures déconsolidées. De même pour les volets qui sont tous là, mais tous déconsolidés. Manquent quelques portes, les autres sont là mais la majorité des boutons de porte ont disparus et beaucoup de serrures ont été enlevées. Les boiseries sont en général intactes sauf 2 panneaux qui manquent sur une porte de la salle à manger, et un bas relief enlevé au dessus de la porte de la cuisine. Les bibliothèques et les cheminées de la salle à manger et de la bibliothèque ayant été enlevées par nous et mises dans la grange du presbytère ; nous ne savons pas encore dans quel état nous les y retrouverons. Les cheminées sont assez abîmées, marbres cassés, et noircis par le feu. L'escalier et la rampe de fer forgé sont intacts, mais de grands morceaux de la toile tendue ont été arrachés. Toutes les peintures sont à refaire. Installation électrique à peu près arrachée partout. Installation d'eau, manque beaucoup de robinets et de tuyaux ; la baignoire et les lavabos avaient été enlevée par nous et garés dans la grange du presbytère où je pense que nous les retrouverons.
  • COMMUNS - Ont peu souffert sauf les toitures à revoir. Potager intact. Les 2 piliers de la grande grille sont très abîmés; la grande grille a été retrouvée, très abîmée; la cloche a été volée. Le champ de Pompon n'a plus de clôture. Le mur du contre‑espalier est là avec quelques meurtrières. La pelouse derrière défon­cée. Il reste a peu près 1/4 des arbres du bois et aucun taillis; 2 brèches dans le mur du fond.
  •  TERRES - Tout le mur ouest du fossé gras est rasé et une route le traverse. Le Brixard est également traversé par une route et est amputé d'un bon coin pour agrandir le tournant de la poste; clôtures abîmées. La partie haute de l’herbage du Bois est minée et la partie basse n’est plus qu’une vaste esplanade en partie empierrée, plus de clôtures, l'étang est entièrement comblé
  • PLAGE     La plage elle même n’a pas souffert mais il ne reste à peu près rien des vil­las et des jardins. Ce n'est plus qu'un énorme terre‑plein qui élargit le boulevard de la mer. Le casino et les maisons Legallois sont rasés.
  • VILLAGE. - L'église est presque entièrement détruite, la tombe de nos parents est intacte, le cimetière n'a presque pas souffert. Le manoir du Than est rasé. La maison d'Ygouf et la maison d'habitation de Louis Leterrïer sont incendiées . La poste et l'école sont rasées.

Retour Accueil