57

La situation sur la plage de Vierville s'améliore le 7 juin


(détails)Ce local aurait servi à Saint-Laurent comme PC de la 6ème Brigade Spéciale du Génie


(détails) Une chapelle provisoire sur la plage. L'officier au premier plan est le Lieutenant Itzel du 147ème Bataillon du génie de plage (6ème Brigade Spéciale du génie)


Les blessés civils ont été soignés d'abord dans les hôpitaux militaires américains , notamment à St-Laurent. Parfois ils ont été évacués en Angleterre par avions sanitaires (Mr. André, de St-Laurent, aurait été dans ce cas)

(détails)une Normande blessée

Le 7 juin, la 6° Brigade Spéciale du Génie, chargée d'exploiter la tête de pont dans la zone Vierville - St-Laurent a installé son PC au pied de la descente de St-Laurent.

C'est le 147ème Bataillon du Génie de Plage qui était spécialement chargé des opérations sur les plages de Vierville: Charlie, Dog Green et Dog White. Par la suite, après la tempête et la destruction du "Mulberry", le 11ème Port a repris les opérations de plage sur Charlie et l'ouest de Dog Green, jusqu' à son départ le 26 juillet.

Le travail d'enlèvement des obstacles de plage, commencé à la première heure le 6 juin, s'est poursuivi à chaque marée basse. Compte tenu des retards accumulés, le travail n'a été achevé, avec la participation du 146ème bataillon du Génie (la SETF), que le soir du 7 juin. 

Tous les autres travaux étaient aussi très en retard. L'artillerie ennemie continuait des tirs de harcèlement et les tireurs isolés le long des falaises n'ont pas été délogés avant deux ou trois jours. Le génie manquait d'équipements, était gêné par les épaves et les encombrements et il a dû improviser de nouvelles méthodes pour résoudre les problèmes complexes du déchargement et de la mise en mouvement des hommes et du matériel débarqué. 

Les listes de priorités soigneusement préparées pour les déchargements ont été complètement bouleversées par des difficultés de transmissions des informations sur l'arrivée des navires et leur chargement. 

La plus grande partie de la zône prévue pour les dépôts de la tête de pont (qui s'étendait sur plusieurs kilomètres à l'intérieur) étant toujours tenue par les Allemands, des dépôts d'approvisionnement provisoires ont été installés sur la plage et dans les champs voisins. 

Malgré tout, le matériel le plus urgent (en particulier l'artillerie et les munitions), a été débarqué en quantités suffisantes pour les besoins immédiats. 
           
Voir ci-après le témoignage d'un Officier sur le LST 133 qui a débarqué sur Vierville ,juste entre les épaves des LCI 91 et 92

Tout le long des premiers jours, la priorité de déchargement a été donnée aux munitions, dont la situation a été sérieuse jusqu'au 10 juin. Le 8 juin seulement, les munitions ont commencé à débarquer autrement que sur des "canards" pré-chargés. 
Les réserves de rations et d'essence, qui avaient été fournies aux unités d'assaut, avaient aidé à surmonter les premiers moments critiques. Chaque unité avait en effet apporté des rations pour cinq jours et des réserves supplémentaires d'essence sur chaque véhicule.

 
Dès le 7 juin les services spécialisés américains de l'intendance (une section de la "606ème QM Graves Registration Unit") ont commencé à rassembler les corps des soldats tués. Ils y en avait des centaines sur la seule plage de Vierville et il y avait aussi des Allemands.
Un premier cimetière avait été prévu dans les plans sur la falaise, mais celle-ci n'étant pas encore nettoyée ni déminée, il a été décidé d'installer le premier cimetière au pied de la falaise de Vierville pour l'ensemble d'Omaha Beach. Il se trouvait au voisinage de la villa Philippe Marchal.

Enfin, beaucoup de travail a été effectué pour récupérer du matériel abandonné sur la plage le 6 Juin. 
 

Retour Accueil