Les  mouvements du 7 juin


(détails) position des unités allemandes autour de Vierville et d'Omaha Beach




(détails) croquis établis par des officiers Allemands bien après la guerre

 

 

 

 

 

Retour Accueil

 

50

Le Allemands contre-attaquent  le 7 juin à l'aube

extraits des souvenirs d'un officier supérieur Allemand de la 352ème Division (Colonel Goth ??, cdt le 916ème Régiment de Grenadiers PC à Trévières) (recueillis par Stewart B)

"Les dernières réserves (le bataillon de Pionniers 352) ont donc été subordonnées au 916ème régiment d'infanterie (PC à Trévières) pour se regrouper, puis réduire la tête de pont et ensuite la supprimer par une poussée de l'Ouest vers l'Est.  Les intentions de la division d'utiliser aussi le Bataillon de Remplacement et d'Entraînement n'étaient pas viables, ses Compagnies étant en cours de reconstitution et non encore disponibles le soir du 6 juin.

Le 7 juin, après avoir regroupé ses forces dans la nuit, le 916ème Régiment a reçu donc l'ordre de lancer une contre-attaque sur St-Laurent en passant par Vierville. Le Bataillon de Pionniers 352
(à St-Martin de Blagny) déplacé à Louvières en passant par Aignerville, a été mis sous le commandement du 916ème Régiment. De plus le Régiment devait se coordonner avec 2 Escadrons de FLAK (un lourd - 88mm - et un léger - 20mm -) du Régiment N°1 de la Flak, employé contre des objectifs à terre, et qui avait été regroupé au Nord de Formigny.


 Vers 9h00, le 916ème Régiment de Grenadiers (secteur Centre) a rendu compte que l'attaque sur Vierville progressait. Il avait été possible de repousser l'ennemi jusqu'à l'extrême Nord de Vierville (??, vu du côté Américain, il s'agissait plutôt de la perte de l'Ormel à ce moment, donc de l'extrémité Sud de Vierville). Notre attaque de Vierville vers St-Laurent avait commencé avec des éléments du 352ème/Pionniers (rien ne fut rapporté en ce sens du côté Américain). Les pertes dans Vierville étaient qualifiées de considérables des 2 côtés (du côté US des pertes non négligeables de prisonniers (plusieurs dizaines de sapeurs) ont été enregistrées dans le 121ème Bataillon du Génie)     

Une  conversation téléphonique avec le Commandant du Point fortifié WN de la Percée a confirmé le rapport du 916ème Régiment et informé que l'ennemi avait poursuivi ses débarquements, y compris chars et artillerie, toute la nuit et jusqu'à l'instant même, pratiquement sans entraves.
(en fait, il ne semble pas que les Américains aient débarqués des troupes de nuit, sauf en début de nuit à Colleville, le 26 ème régiment, de la 1ère division)

Comment le PC du 116ème a vu cette contre-attaque (récit du capitaine Mac Grath)

Quelques véhicules s'étaient installés pour la nuit dans la "Transit Area 1", à la droite du PC du régiment (aux Isles). Leur sécurité était ma préoccupation immédiate, car je savais qu'il 'y avais que très peu de fantassins en écran devant eux.

A 4h30 du matin, ces groupes d'infanterie ont commencé à refluer en passant devant le petit château où je me trouvais. Je leur ai demandé où ils allaient, et ils répondirent: "Nous partons, les Allemands arrivent derrière nous". Il y avais à l'instant avec moi le Lieutenant Garing, 2 de mes sergents, un officier des Rangers et 7 de ses hommes. Connaissant la situation tactique, il était évident que la "Transit Area 1" serait à découvert après ce retrait, alors nous avons mis sur pied une petite force agressive et nous avons attaqué à travers les haies tout en tirant continuellement. Nous avons rencontré quelques snipers ennemis qui avaient déjà occupé le terrain laissé vide par l'infanterie, mais comme nos tirs finissait par atteindre leurs positions, ils se sont échappés en arrière. Je crois que nous avons réussi parce que chacun de nous a fait feu avec le maximum de ses moyens. Nous avons continué à avancer jusqu'à la grande route (laquelle, celle vers Formigny ??) et ensuite sommes revenu à la "Transit Area 1".

Ces mouvements se sont déroulés entre 6h00 et 9h00. Nous pensions que cette petite contre-attaque, très brève, avait éliminé tout danger immédiat, et en atteignant la Transit Area 1, nous avons repris nos activités diverses.

Dans le secteur central du 916ème Régiment, il a été possible d'attaquer les flancs de la tête de pont. Mais le 916ème Régiment renforcé a souffert de pertes considérables et il a été tellement affaibli physiquement et moralement à cause de la supériorité de l'ennemi en hommes et en matériels (il s'agissait du gros du Vème Corps US), que le 8 juin, les contre-attaques n'ont pu être poursuivies. La tactique de Rommel visant à anéantir ou repousser l'ennemi sur la plage ne pouvait donc plus être utilisée dans le secteur de la 352ème Division.
         
Vers 00h00
(le 8 juin), le QG de la Division a pris connaissance d'un plan détaillé des objectifs Alliés, qui avait été saisi à Vierville, et qui pouvait nous renseigner sur la situation des Américains. A mon avis cet ordre d'opérations, très étendu, dépassait largement les moyens du Vème Corps US. J'ai reconnu avec mon Commandant de Division que nous n'avions pas le temps de l'étudier en détail. Mais autant que je m'en souvienne, cet ordre couvrait tous les détails des jours J à J+17, et contenait beaucoup de renseignements sur l'organisation, les armements, les affectations, les intentions tactiques, les réseaux radios, etc.."