262

Les deux bataillons du Génie destiné à Vierville débarquent
dispersés entre Dog White et Le Ruquet


(détails)


Des LCT Mark 5

Un LCT chargé de Jeeps approche



(détails) un LCT Mark 6


détails - la 2ème vague d'assaut devant Vierville, 7h00 à 9h00


(détails) 7h30, devant Dog White, 8 LCA de la première vague des Rangers du 5ème Bat. s'avancent et vont passer à côté du LCI91. Traversant leur ligne, 2 LCM (probablement, car ils sont plus grands que les LCA) repartent vers le large, il s'agit peut-être des LCM qui ont débarqués des éléments du 121ème Bat du Génie et notamment le Colonel Ploger


1  LCT décharge devant St-Laurent, on aperçoit à la côte le LCI 92 sur la limite Dog White/Dog Red


(détails) La plage Dog White au milieu des incendie des LCI 91 et 92


(détails) Un LCT passe devant Dog White et les épaves en feu des 2 LCI

 

 

 

En plus de la SETF (Force Spéciale Mixte Génie-Marine), débarquée à 6h30 et dont on a vu la dispersion et l'échec de la mission, deux bataillons du génie au complet devaient débarquer sur Dog Green et Dog White entre 7h00 et 9h30:
                                  -- le 121ème Bataillon du Génie qui devait accompagner le Bataillon 1/116 et le suivre à l'intérieur des terres.
                                  -- le 147ème Bataillon du Génie de Plage (de la 6ème Brigade Spéciale du Génie), chargé de faciliter à Vierville la traversée de la plage, de la digue de front de mer ou du talus de galet, et la circulation sur la route bordant la plage.

Tous deux devaient détruire le mur antichar fermant la descente D1 (Vierville), déminer tous les passages et ouvrir la route vers Vierville.
Leur programme de débarquement était le suivant:

A  7h10 et 7h20,  3 LCM, 1 LCVP et 1 LCA, sur Dog White et Dog Green, transportant les groupes avancés de reconnaissance des 2 bataillons, avec notamment le Colonel Ploger, Cdt le 121ème Bataillon.

A  7h30 et 7h40,  1 LCM et 5 LCT (capacité équivalente à 4 chars chacun) sur Dog Green, avec du matériel lourd du 121ème Engr., notamment des bulldozers transportant parfois une cargaison de 500kg d'explosifs sur un châssis placé au dessus du conducteur protégé sommairement par des plaques de tôles épaisses).

A  7h40 et 8h10,  2 LCI n°91 et 92, (200 hommes de capacité chacun) sur Dog White, transportant chacun une centaine de sapeurs des 2 bataillons en même temps que divers éléments d'état-major du 116ème Rég. d'infanterie et de la 6ème Brigade Spéciale du Génie, des "Beachmasters" du 7ème Bataillon Naval de Plage, des transmetteurs de la 293ème Cie du Signal Corps (assurant les transmissions de la Brigade Spéciale), de la Military Police (pour assurer la police de circulation sur la route, la garde des prisonniers), des unités médicales, etc.. etc..

A  9h00,  le LCI n°84, sur Dog White,  transportant le chef de la 6ème Brigade Spéciale (le Colonel Thompson), avec des éléments du 104ème Bataillon Médical et la Compagnie de quartier général du 116ème Régiment. 

A  9h30 et 10h15 , 6  LCT (sur Dog Green et Dog White) avec le reste du matériel lourd du Génie des 2 bataillons, y compris bulldozers tirant des remorques de 1 tonne chargées d'explosifs, grues chenillées, camions, jeeps, etc..

De plus il faut noter que le génie devait pouvoir disposer sur Dog  White et Dog Green, de 4 tankdozers débarqués à 6h30 des 4 LCT amenant aussi 8 Tanks standard (non amphibies), ces tankdozers étant armés par la 610ème Engineer Light Equipment Cy.

Ces programmes ont été complètement bouleversés par la réalité des faits.

D'abord, le courant a fait son oeuvre sur les premières péniches, les plus petites, qui ont été déportées par le courant et retardées, abordant presque toutes devant Saint-Laurent ou plus à l'Est. Toutefois il semble que 2 LCM et un LCVP sont arrivés sur Dog White, notamment avec le Colonel Ploger.
Les 3 grands LCI  se sont présentés correctement sur Dog White, mais les 2 premiers y ont subi le feu de l'artillerie allemande visant particulièrement ces premiers grands bâtiments. 
Les LCI 91 et LCI 92 ont ainsi été détruits par le feu sur place, le LCI 84 qui les suivait a reculé et s'est déplacé vers sa gauche. Il a abordé juste à l'Est de Saint Laurent dans de conditions un peu meilleures puisqu'il a pu repartir malgré des avaries et des pertes dans son équipage.

Les 11 grands LCT transportant les engins du génie auraient dû pour la plupart aborder sur Dog Green (8 sur 11).
Les 5 premiers LCT prévus pour 7h30 et 7h40 sur Dog Green se sont heurtés à ces conditions catastrophiques, le LCT 703 a coulé sur des mines de la plage (Il fut prit sous le tir de mitrailleuses ennemies, la moitié de son équipage, ainsi que l'Enseigne Elsaesser furent pris à bord du LCT 536), le LCT 622 a abordé et a été touché gravement, les 3 autres LCT 704, 705, 775 ont renoncé et se sont déplacés vers l'Est. Ainsi retardés, ils se sont trouvés bloqués vers 8h30/9h00 par la marée montante qui recouvrait les obstacles toujours en place et par les ordres d'arrêt de tous les débarquements donnés par le "Navy Beachmaster"  du 7ème Bataillon Naval de Plage
Celui-ci constatait à la fois l'encombrement des plages par des navires détruits ou en feu, et l'absence de la plupart des couloirs balisés à travers les obstacles.

Cet ordre d'arrêt a touché les vagues suivantes de 9h30 et 10h15, avec 6 autres LCT du Génie, les LCT 570, 714, 767, 2297, 571 et 572.      C'est donc 9 LCT du génie et beaucoup d'autres péniches (notamment les 9 LCT de l'artillerie et de nombreux "canards" DUKW) qui se retrouvaient donc à faire des ronds dans l'eau devant la plage, à distance de sécurité vis à vis des tirs Allemands.

Le Captain WD Wright commandant adjoint le "Assault Group O-2" (partie Ouest de Omaha Beach), à bord du  LCH-86, en vérifiant la situation des débarquements vers 10h00 a constaté que les Landing Craft tournaient entre la ligne de départ (à 4 miles de la côte) et la plage, ayant perdus toute organisation en vagues successives. Il a pris la décision avec son collègue du Group O-1 (partie Est de Omaha Beach), de les faire se retirer sur la ligne de départ pour s'y réorganiser. Il n'y avait que peu d'espace disponible pour aborder et les Landing Craft furent en général dirigés sur les plages Easy et Fox (du Ruquet à Colleville).

C'est seulement à midi et l'après-midi, que les 9 LCT du Génie restant ont pu aborder, en général au delà de St-Laurent, sauf 2 qui ont coulé sur des mines (LCT 572 et 714) et 1 ou 2 qui ont débarqué sur Dog White les bulldozers tant attendus (LCT 571 et ?). Ils étaient nécessaires pour créer des passages à travers le talus de galets, et pour ouvrir la descente de Vierville.

En fin de matinée, les 2 Bataillons du Génie qui auraient dû traiter les plages Dog Green et Dog White et la descente de Vierville, étaient donc dispersés en petits groupes isolés sur plusieurs km de plage. Leur rassemblement a été très long, ils ont subi des pertes importantes en hommes et en matériels. Certains petits groupes à pied du 121ème ont accompagné l'infanterie d'assaut dans la falaise et jusqu'à Vierville en assurant le déminage. 
Mais la plupart sont resté très dispersés toute la journée entre Vierville et le Ruquet, se déplaçant lentement et sous le feu Allemand en direction de leur objectif principal Vierville. Des tireurs isolés réapparaissaient le long des falaises même dans les zones où des pénétrations avaient été effectuées. De petites patrouilles de combat ont donc été lancées dans des tentatives de nettoyage de la falaise. Une de ces patrouilles a pénétré dans le point fort WN70 au-dessus de la villa Hardelay et l'a trouvé démoli par les tirs navals et presque abandonné. Mais ici comme ailleurs de longs tunnels reliés entre eux, procuraient des abris faciles pour les Allemands et rendaient impossible un nettoyage complet. 


 


(détails) Le LCT 191 va couler, il est assisté par un patrouilleur type SC et un LCVP


(détails) Un LCM passe devant un LCT et un chasseur type PC vu de face



(détails) 3 LCT se présentent devant St-Laurent et Vierville, vers 11h00


(détails)LCI et LCT devant la plage

 

Retour Accueil