26

 Les premiers Etat-majors, et des unités de l'Artillerie et du Génie
débarquent à partir de 7h40

Après 7h40, les vagues d'assaut qui suivaient l'Infanterie devaient débarquer du Génie, de l'Artillerie et les premiers groupes de Commandement,

Mais toutes les prévisions initiales ont été bouleversées pour 3 raisons:
- la plage Dog Green était toujours sous un feu destructeur,
- les obstacles de plage n'étaient pas retirés
- le courant traversier était de plus en plus fort (maximum à 9h00) et mal maîtrisé par les péniches, surtout les plus petites.

La plage Dog Green, c'est-à-dire les 900m s'étendant à l'Est de la descente de Vierville, a donc été évitée systématiquement,
La marée est montée dans la ceinture d'obstacles et les a recouvert (marée haute à 10h30).
Les péniches devaient alors chercher un endroit favorable, puis se frayer un passage en évitant les mines. Quelques-unes ont talonné sur des bancs de sable au milieu des obstacles et ont dû abaisser leurs rampes en eau profonde. D'autres ont réussi à manoeuvrer dans le ressac et à arriver au rivage, plus ou moins endommagées.

La plupart des petits navires (types DUKW, LCM, LCVP et LCA)  ont été déportés sur St-Laurent et au delà.
2 grands navires LCI (91 et 92), ont abordé Dog White, ont touché des obstacles, attiré des tirs d'artillerie qui les ont incendiés.
Les grands LCI et LCT qui suivaient n'ont pas osé se lancer dans les obstacles de Dog Green et Dog White.
Devant ces difficultés, le "Beachmaster" du 7ème Bataillon Naval de Plage a même ordonné vers 8h00 la suspension des débarquements de véhicules. Les LCT et DUKW ont alors commencé à tourner en rond deavant Omaha Beach.

{Les DUKW «Canards» avaient des difficultés avec la mer mauvaise et il leur fallait avancer à plus de la moitié de leur vitesse maximale pour garder leur possibilité de gouverner. La consommation de carburant qui s'ensuivait pouvait vider le réservoir en 10 ou 12 heures, laissant le bateau en danger de couler faute de pompe d'épuisement.} 

A la marée haute, à partir de 10h30, quelques LCT ont tenté sans succès de forcer leur passage dans les obstacles sur Dog White, avec des pertes et des avaries importantes. Tous les autres se sont déplacés vers Saint-Laurent et surtout Le Ruquet où il y avait des couloirs déblayés importants et où les 2 WN de la défense Allemande étaient neutralisés depuis le milieu de matinée.

Il y a eu peu de péniches coulées directement sur les obstacles. Mais leurs mines ont infligé des avaries, souvent pendant leurs efforts pour repartir après avoir touché terre, sans compter les coups au but d'artillerie, de roquettes Nebelwehrfer et de mortier. Finalement plusieurs des grandes péniches destinées à Vierville ont été ainsi détruites définitivement (2 LCI et une demi-douzaine de LCT détruits ou coulés) suite aux avaries subies dans les obstacles minés).

Dans cette situation confuse on peut essayer d'analyser le sort de chacune des unités faisant partie de ces vagues d'assaut qui devaient débarquer dans la matinée à partir de 7h40:

         ---- Le LCVP 71, a débarqué à 7h30, sur Dog White, le groupe de commandement du 116ème Régiment avec le Colonel Charles Canham, cdt. du 116ème Rég, le Colonel Metcalfe, cdt. du bataillon 1/116, et le Brigadier-Général Norman Cota, représentant le Commandant de la 29ème Division (qui n'avait pas encore le 6 juin autorité sur le 116ème régiment.
Le groupe a été mis à terre avec des pertes limitées et il était parfaitement placé pour jouer un grand rôle dans la suite immédiate des opérations et la prise de Vierville.

En effet, à sa gauche et à sa droite, la Cie C/116 et quelques éléments du 2°Bataillon du 116°Rég. venaient de débarquer, massés le long du talus sur un front de plusieurs centaines de mètres.
De plus la principale force des Rangers était sur le point d'arriver (8h00) dans cette zone où feu Allemand était masqué par la fumée, provenant de WN éloignés et peu efficace. 
Au total cela représentait 700 fantassins et Rangers ayant eu assez peu de pertes, disponibles et regroupés.

.
         ---- Aussitôt après, vers 7h50, est arrivé le LCI 91, avec des éléments du QG du 116ème Régiment, et des sapeurs des 121ème et 147ème Bataillons du génie.

           ---- Ensuite est arrivé le LCI 92, vers 8h10, avec l'état-major de la 6ème Brigade Spéciale du Génie, chargée des opérations à terre du débarquement, en même temps que d'autres sapeurs des 121ème et 147ème Bataillons du génie.
Ces 2 grands navires ont été spécialement visés par l'artillerie et ont été mis en feu dès leur arrivée à la plage. Malgré des pertes importantes, ils ont pu  débarquer leurs troupes.

           ---- Derrière les 3 précédents, le LCI 84, transportant le chef de la 6ème Brigade Spéciale du génie (Colonel Thompson), le groupe Communications du 116ème Régiment et un groupe médical (104ème Med. Bat.), était prévu à 9h00 sur Dog White. Il n'a pu aborder Dog White où se trouvait déja 2 LCI en flammes, mais il s'est déplacé vers la limite Dog Red - Esay Green, (Les Moulins à Saint-Laurent).      

 



La plupart des unités d'artillerie et de génie qui devaient arriver sur Dog Green et Dog White entre 7h30 et 10h00 ont été retardées et se sont généralement déplacées vers St-Laurent et Le Ruquet notamment:

        ---- le 121° Bataillon de combat du Génie, (celui qui devait accompagner le Bataillon 1/116), avec son matériel lourd sur 7 LCT (prévus entre 7h30 et 10h00). 4 LCM devaient arriver plus tôt, en même temps que les LCI 91 et 92.
        ---- le 147° Bataillon du Génie de Plage, (de la 6ème Brig. Spéc. du Génie), chargé des plages Dog Green et Dog White), avec son matériel lourd (bulldozers, grues sur chenilles, camions...) prévu vers 10h00,  sur 8 LCT.
1 LCVP et 1 LCA devaient arriver plus tôt, en même temps que les LCI 91 et 92.

Finalement, très peu de péniches de ces 2 importantes unités du Génie ont effectivement abordé Dog Green ou Dog White, d'autres ont été coulées ou détruites et le reste a été envoyé sur Saint-Laurent ou Le Ruquet,
avec les précieux bulldozers destinés à ouvrir la sortie de plage de Vierville.

L'artillerie et la DCA ont eu des destins analogues:

        ---- La Cie B du 81ème Bataillon de mortiers lourds (105mm), qui devait arriver avec 4 LCVP sur Dog Green à 7h30 a dérivé jusqu'au Ruquet vers 9h30.

        ---- La Compagnie de canons du 116ème  (6 obusiers de 105mm courts) et la section anti-chars du 1er bataillon (3 canons de 57mm), qui devait arriver sur 10 canards DUKW sur Dog Green à 8h20, a été envoyée au Ruquet en fin de matinée. En particulier, à la Cannon Co, 5 DUKW, 3 sur 6 des canons et 3 halftracks ont été perdus entretemps, les "canards" ayant eu des difficultés à étaler dans la mer agitée.

         ---- Le 58ème Bataillon blindé d'artillerie  (Obusiers de 105mm autoportés sur des chassis blindés à chenilles M7) devait arriver sur 5 LCT sur Dog White à 8h00. L'échec a été complet. 3 des LCT sont tombés sur des obstacles minés et ont coulés. Les LCT 29 et 207 rescapés n'ont débarqué que plus tard et au Ruquet.
Son chef et l'officier de reconnaissance avaient été tués peu après avoir débarqué vers 07h30 sous la pointe de la Percée avec l'équipe d'état-major du 1er bataillon d'infanterie.


         ---- Des unités de DCA, destinées à Dog Gren et Dog White, étaient prévues à 7h00: 3 LCVP avec 3 half-tracks DCA , et à 8h30, 4 LCT N° 27, 147, 153 et 214 avec la moitié du 467° Bataillon d'artillerie anti- aérienne(Le bataillon était équipé de 24 canons de 40mm et de 24 halftracks M15 (avec un affût triple à 1 canon de 37mm et 2 mitrailleuses de 12,7mm) et M16 (avec un affût quadruple de mitrailleuses 12,7 mm)
Ces navires n'ont abordé que lors de la marée basse de l'après midi à St-Laurent et au Ruquet. .

         ---- des unités à terre de contrôle naval de feu, de transmissions, de police militaire, etc.. en général mélangées avec le Génie sur les LCI 91 et 92.

         ---- des détachements médicaux, notamment le 104ème Bataillon médical, sur le LCI 84 prévu à 9h00 sur Dog White, en plus des infirmiers répartis dans toutes les unités.  Ce LCI a renoncé à aborder Dog White où brûlait déjà les LCI 91 et 92, il s'est déplacé sur sa gauche entre St-Laurent et Le Ruquet. Il a pu repartir, mais avec des avaries et des pertes à bord.

Bilan après la fin des débarquements à Vierville, en fin de matinée

Entre Vierville et StLaurent, en fin de matinée et après le départ dans la falaise des fantassins et des Rangers, seuls subsistaient 20 à 30 chars du 743ème Bataillon, des sapeurs du génie (dispersés et avec très peu de matériels) des 121ème, 146ème et 147ème Bataillons, quelques postes médicaux mal abrités et sans matériel, et quelques unités de services divers. Il y avait aussi les morts et les blessés, notamment des unités d'infanterie qui avaient été détruites sous Vierville entre 6h30 et 8h00.
De nombreuses épaves de navires, de matériels et de véhicules étaient parsemées sur toute la plage.


des LCVP de la 2ème vague de l'infanterie d'assaut, vers 7h30, abordent dans les obstacles non retirés (E1)




(détails)
Le LCI 91approche de la plage vers 8h00, les obstacles sont en grande partie recouverts. On voit 2 chars amphibies DD reconnaissables à leur grande manche d'échappement  verticale. Sur la côte il y a une mur et une barrière.


(détails)
LCI


(détails)
DUKW devant la porte d'un LST


(détails) LCM


(détails) LCI et LCVP
 

(détails) LCM


Organisation d'un bataillon de DCA légère


(détails)
Halftrack DCA M16 (ci-dessus) et M15 (ci-dessous)

(détails)


(détails)
Devant Saint-Laurent


(détails) le LCT 80 devant St-Laurent vers 16h00


GI débarquant d'un LCI (toutes les images suivantes sont extraites de film, probablement au Ruquet))



Des GI débarquent d'un LCI et se dirigent vers un char au bord de l'eau

sur la photo ci-dessus on voit la gerbe provoquée par une balle ou un petit obus, à droite du char




(détails) Canons antichars de 57mm embarqués sur LCT


Des LCT (Mark 5)


Un LCT chargé de Jeeps approche


(détails) un LCT Mark 6, avec ses portes avant et arrière.


(détails) 3 LCT se présentent devant St-Laurent et Vierville, vers 11h00


Un LCT décharge devant St-Laurent, on aperçoit à la côte le LCI 92 à droite sur la limite Dog White/Dog Red


(détails) La plage Dog White au milieu des incendie des LCI 91 et 92


(détails)

 

 



Organisation d'un bataillon de mortiers "chimiques" de 105mm

(détails)

(détails)Des mortiers lourds de 120mm en batterie (à Utah Beach?, ou à Colleville?)


(détails) Organisation d'un bataillon d'artillerie de campagne blindé

(détails)
Des M7 "Priest", celui d'en dessous appartient au 58ème Bataillon et a été récupéré vers 1980 au fond de l'eau

(détails)


(détails) Voici les 4 M7 du LCT qui transportait John Glass, tel que les a retrouvé M. Lemonchois, avec les remorques à munitions et un half-track  Plans du LCT Mark 6:



(détails)
LCT(Mark 6)

(détails) un LCT 6 chargé avec des
obusiers blindés M7


(détails) Un LCT passe devant Dog White
et les épaves en feu des 2 LCI



(détails) Le LCT 191 va couler, il est assisté par un patrouilleur type SC et un LCVP


Un LCT sur le point de couler, vu d'un cutter des CG. Il est chargé de Canon de 105 chenillés. A droite un LCML, A gauche, un autre navire, LCT ou LCI.

 

Retour Accueil