5 des LCA de Jimmy Green approchent de Vierville, transportant la Cie A/116. Il est 6h00 du matin et il fait encore sombre, le soleil vient de se lever.


Les péniches d'assault approchent et reçoivent des obus


(détails) Vierville, 7h30 du matin, mi-marée, 4 chars DD sont visibles au bord de l'eau, ainsi que des GI sur le sable au milieu des hérissons métalliques

(détails)

 

 

Retour Accueil

2432

 La Compagnie A du 116ème Régiment d'infanterie

 

La compagnie était chargée sur 6 LCA prévu pour l'heure H et la section de commandement sur un 7ème LCA prévu 1/2 heure après.

Un des 6 LCA a coulé à environ 2 km. du rivage et les Rangers qui suivaient virent des hommes sauter par-dessus bord et couler, entraînés par leur chargement. 
A H + 6 minutes, les 5 LCA  restant talonnèrent dans environ 1,50m d'eau, à environ 30 mètres de la première ligne d'obstacles. Quittant la péniche sur trois files, celle du milieu la première, les deux autres à droite et à gauche, les hommes ont subi un feu intense et précis d'armes automatiques. Le bon ordre a été rapidement rompu quand ils ont essayèt de plonger sous l'eau ou de se jeter de côté et rouler sous les vagues. Quatre obus de mortieront frappè directement un LCA qui s'est "désintégré". Les pertes se sont succédèes avant même d'arriver sur le sable et certains des survivants ont pensé qu'ils ne pouvaient pas continuer et sont revenus s'abriter dans l'eau pendant que d'autres se sont réfugié derrière les obstacles les plus proches. Les rescapés d'une péniche du flanc droit ont organisé une petite ligne de feu sur les premiers mètres de sable, complètement exposés au feu ennemi. 

Très rapidement, tous les officiers de la compagnie, y compris le capitaine Taylor N. Fellers, furent tués et tous les sous-officiers tués ou blessés. Les hommes privés de chefs ont abandonné toute tentative de mouvement en avant et ont concentré leurs efforts à sauver les blessés dont beaucoup se noyaient dans la marée montante. Plus tard, quelques hommes ont pu atteindre le mur de front de mer en restant au bord de l'eau et en montant avec la marée. Quinze minutes après le débarquement, la Compagnie A a été hors d'action pour la journée.
La compagnie A/116 avait à peine tiré un coup de feu. A peu près certainement, elle n'a pas tué un seul Allemand. Elle devait remonter le vallon de Vierville et être en haut des falaises pour 7h30, mais à 7h30, une poignée de survivants était sur la plage ou dans l'eau, pratiquement sans armes. Elle avait perdue 80% de ses forces et tous ses cadres.

Son sacrifice n'a pourtant pas été vain.

Sur les 170 hommes de la Companie A débarqués, 91 ont été tués dans les premières minutes, 64 ont été blessés. Sur les 170 hommes, 35 hommes venaient de Bedford en Virginie. Sur ces 35, 19 ont été tués dans la journée.
Dès le soir, 32 survivants étaient regroupés avec 24 hommes de renforts débarqués sous les ordres du Lieutenant George Bradbury, le nouveau Cdt de la Compagnie. Ils devaient 2 jours après, participer à la jonction avec ceux de la Pointe du Hoc et à la prise de Grancamp.

Plusieurs livres ont détaillé l'agonie de la Compagnie A sur la plage de Vierville, notamment celui du Général S.L.A. Marshall dans "Battle at best" et celui de Stephen Ambrose dans "D-Day" .
 


Sur cette photo de la plage Dog Green (la villa Hardelay à droite), on peut parfaitement voir 11 chars DDsur la route et sur ce qui reste de plage à la pleine mer. Il est probablement 12h30, la mer a commencé à redescendre, on voit une double ligne d'épaves avec les corps des fantassins des compagnies A et B/116, tués ou noyés devant Vierville et que la marée montante et le courant portant à l'Est a déposé sur la grève.D'autres GI sont réfugiés au pied de la digue, blessés ou choqués et épuisés.