Les 5 zones fortifiées  WN 70 à 74
qui devaient être attaquées par les "Liberators"

les objectifs des "Liberators" sur la plage Omaha


un des B24 "Liberators" du 446°Group qui a attaqué Vierville, avec ses couleurs caractéristiques


les objectifs des bombardements aériens sur l'ensemble Omaha Beach

 

 

Retour accueil

     125

Les bombardements aériens préalables

 

Les bombardements aériens

Avant le jour J, des attaques aériennes avaient eu lieu sur les batteries côtières de la région. La position de la Pointe du Hoc, un des buts principaux de ces bombardements, avait déjà été touchée le 15 avril, le 22 mai et le 4 juin. Ce sont ces attaques qui ont conduits les allemands à replier à 1km à l'intérieur des terres les 6 canons de 155mm, les rendant ainsi inaptes à tirer sur Omaha Beach le matin du 6 juin.

Ces positions de la Pointe du Hoc devaient subir une nouvelle attaque le 6 juin par 18 bombardiers moyens B26 "Marauder" de la 9ème US Tactical Air Force, entre H-20 et H-5 (6h10 à 6h25).

De H-30 à H-5 minutes (6h00 à 6h25), 114 quadrimoteurs lourds "Liberators" B24 de la 8ème US Strategic Army Air Force devaient frapper les défenses de plage dans la zone de Vierville, c'est-à-dire les 5 zones fortifiées WN 70, 71, 72, 73 et 74 (objectifs 35 à 38) avec des bombes de 50kg, à fragmentation ou explosives, et de 250kg, explosives pour certaines cibles seulement (au total environ 300 tonnes de bombes). 

D'autres bombardiers lourds (environ 300) devaient attaquer les objectifs 39 à 45, sur les WN de Saint-Laurent et Colleville.

Toutes les bombes destinées aux WN des plages étaient munies de détonateurs instantanés afin d'éviter la formation de cratères sur la plage, risquant d'y ralentir le trafic. 

 
Tract jeté sur les agglomérations qui devaient être bombardée